J. Secteur Transport et Logistique

Les trois enjeux principaux [702]

Question

Quels sont les trois enjeux principaux du secteur Transport et Logistique en matière de Développement Durable ?

Réponse

Le Développement Durable et la RSE modifient fortement les schémas du secteur du Transport et de la Logistique. Parmi ces changements, nous avons retenu trois enjeux essentiels pouvant contribuer au succès des acteurs du secteur.

1. Amélioration de l’image du secteur

L’image est un des enjeux principaux pour le secteur du Transport et de la Logistique. Le transport est souvent dénoncé comme une des principales sources d’émission de gaz à effet de serre et le transport routier tout particulièrement a mauvaise réputation, de par l’insécurité existante en termes de conduite (cohabitation camions/véhicules légers, accidents, problèmes sociaux). En conséquence, toute action concrète permettant une mise en avant de la bonne prise en compte du Développement Durable au plan opérationnel est très importante. Pour cela, l’ensemble de la chaîne de valeur (chargeurs, transporteurs, clients, etc.) devra s’interroger sur le « juste prix du Transport » en intégrant les coûts externes tels que l’usure des infrastructures, la pollution, le bruit, l’encombrement, les accidents, etc.

Afin de renforcer l’image des transporteurs et logisticiens, il est de plus en plus important de publier un rapport fiable et transparent sur le Développement Durable et la RSE pour les actionnaires et les clients : c’est la démarche qu’entreprennent des transporteurs et logisticiens comme DB Schenker, SNCF, FedEx ou DHL. La transparence est renforcée notamment par la vérification d’indicateurs environnementaux et sociaux.

Selon l’étude PwC Transport & Logistique 2030 (volumes 1 à 5, publiés de mars 2010 à mars 2012), le changement climatique, la hausse des prix de l’énergie et l’augmentation de l’approvisionnement local sont les défis à venir du Transport et de la Logistique. Plus de la moitié des dirigeants du secteur du Transport et de la Logistique interrogée par PwC prédit un scénario futur optimiste, dans lequel les énergies renouvelables représenteront près de 80 % de la consommation totale d’énergie dans certains pays. La majorité des personnes interrogées considèrent que la réduction des émissions de CO2 ainsi que celle d’oxyde d’azote par exemple sont des facteurs clés à court comme à long terme. Près de 70 % d’entre elles s’attendent à ce que d’ici 2030, toutes les émissions soient répertoriées dans la chaîne d’approvisionnement et prises en compte dans le prix du produit.

2. Investissement dans les technologies nouvelles, comme la gestion embarquée de l’information

Les innovations technologiques pour les véhicules routiers, aériens et ferroviaires portent sur la réduction du poids, par l’utilisation de matériaux composites en remplacement du métal (nouveaux B787 et A350), sur les technologies d’hybridation qui permettent des économies d’énergie, d’émissions de CO2, et des réductions de bruit, en particulier pour les trajets urbains à démarrages répétés.

Les prestataires de services logistiques doivent également investir dans les technologies de gestion embarquée de l’information afin d’être capable de mesurer et de documenter leurs émissions de carbone. En France, cet investissement est particulièrement important en vue de l’obligation d’affichage carbone des prestations de transport au 1er octobre 2013.

3. Amélioration de l’ingénierie logistique

Enfin, l’ingénierie logistique représente un enjeu majeur du secteur pour permettre d’intégrer et de repenser les nouveaux schémas logistiques tels que : la logistique inverse, la multimodalité ( voir n°700) et leurs impacts positifs sur l’environnement, la recherche de sources d’énergie « propres », les nouveaux outils SI (Système d’Information), la gestion de la dématérialisation (par exemple, la numérisation des documents commerciaux), ou encore la gestion du démantèlement des véhicules en fin de vie (en application de la Directive 2000/53/EC relative aux véhicules hors d’usage, encore appelée Directive ELV pour « End of Life Vehicles »).

A lire aussi dans « J. Secteur Transport et Logistique »