A. Secteur Produits Industriels (Industrie manufacturière et métallurgie)

Modifications profondes dues au Développement Durable [610]

Question

Qu’est-ce que le Développement Durable modifie profondément dans le secteur des produits industriels (secteur recoupant l’industrie manufacturière et la métallurgie) ?

Réponse

L’évolution de la réglementation européenne, ainsi que la pression des parties prenantes (notamment les ONG de défense de l’environnement) ont un impact profond sur les contraintes de fonctionnement du secteur, voire sur ses priorités dans un environnement concurrentiel mondialisé sur le plan financier. En voici quelques exemples :

1. Un secteur avec de nouvelles contraintes

Pour lutter contre les changements climatiques, des mécanismes de quotas d’émission et d’autres, dits de flexibilité, ont été mis en place. Ainsi par exemple, le marché européen des quotas (EU-ETS) entre dans sa troisième phase (Phase III) à partir de 2013 et jusqu’en 2020 et concerne plus de 12 000 sites industriels en Europe. Il oblige à calculer et à maîtriser les émissions des différents secteurs industriels ainsi que les émissions individuelles des gros consommateurs d’énergie thermique (ciment, acier, verre…). Ce système nécessite de réaliser un inventaire précis des émissions de gaz à effet de serre liées aux activités industrielles. De façon plus large, la contrainte carbone a fait irruption dans les comités de direction sous des formes diverses : calcul de l’empreinte carbone d’une activité ou d’une entreprise prenant en compte non seulement les émissions directes mais également les émissions indirectes liées à la fabrication des matières premières, transport des marchandises et des salariés, gestion des déchets, fin de vie des produits, etc.

Ces nouvelles contraintes ont des conséquences pour de nombreux compartiments de l’entreprise (Supply chain, recherche et développement, marketing, etc.). Elles impliquent également de nouvelles charges et de lourds investissements. Qu’elles résultent de la recherche et du développement ou d’une simple mise en conformité, ces dépenses (investissements ou charges) sont à prendre en compte dans le modèle de gestion de l’entreprise, mais aussi dans ses stratégies de diversification ou de révision de son portefeuille produits.

2. Une activité commerciale avec de nouvelles opportunités responsables

Fort heureusement, au-delà de la suspicion des citoyens qui connaissent mal les applications quotidiennes des produits industriels, ces contraintes sont également source d’opportunités et de nouveaux marchés : recyclage des emballages plastiques, travail sur la légèreté des matériaux, etc. Les citoyens, les consommateurs, les riverains, etc., sont particulièrement attentifs aux risques sanitaires et environnementaux induits par les activités manufacturières ou encore métallurgiques (notamment si ces installations sont classées pour la protection de l’environnement - ICPE ou dans la catégorie Seveso).

Sur la notion d’installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) et d’installations classées en catégorie Seveso voir n°470

Là où la gestion de l’image se cantonnait jusqu’alors à la diffusion d’informations financières ou sociales, une demande existe aujourd’hui d’une politique responsable et d’une meilleure transparence sur les impacts environnementaux. Il devient nécessaire aujourd’hui de renforcer l’image de l’entreprise par une communication responsable basée sur l’exemplarité, la transparence et la réalité démontrable. L’obligation d’affichage environnemental des impacts liés à la fabrication et à l’utilisation des produits manufacturés (en B to B ou en B to C) se développe dans de nouveaux secteurs industriels : depuis l’étiquette énergétique des produits électroménagers jusqu’à l’émission des composés organiques volatiles des produits concernés.

 

A lire aussi dans « A. Secteur Produits Industriels (Industrie manufacturière et métallurgie) »