A. Secteur Produits Industriels (Industrie manufacturière et métallurgie)

Les trois enjeux principaux [612]

Question

Quels sont les trois enjeux principaux du secteur des produits industriels en matière de Développement Durable ?

Réponse

Ces modifications profondes du secteur des produits industriels sont porteuses de nombreux enjeux, considérés aujourd’hui comme stratégiques par les entreprises. Il n’est plus question à présent d’être un acteur simplement réactif aux changements liés au Développement Durable, mais bien de faire preuve de proactivité. Voilà pourquoi dans les secteurs de la métallurgie et de l’industrie manufacturière les enjeux majeurs suivants ont été mis en exergue :

1. Développer la responsabilité sociétale et sociale de l’entreprise

Contribuer au développement local et aux relations avec les organismes, associations et instituts externes est devenu un enjeu majeur. La notion d’acteur du développement local est désormais un enjeu important pour le tissu industriel et la gestion de l’image d’une société. A cette responsabilité sociétale s’ajoute la responsabilité sociale, garante tout aussi importante d’une image responsable. En assurant la santé, la sécurité et le bien-être de ses employés sur ses divers sites, en développant les compétences des salariés (« employabilité ») et en encourageant la diversité au sein des structures, les entreprises répondent ainsi à ces enjeux de responsabilité sociale.

2. Réduire l’empreinte écologique des produits fabriqués

Cette notion a pris le pas, semble-t-il, sur l’ensemble de la performance environnementale car porteuse sans doute d’une pédagogie très lisible pour l’ensemble de la chaîne de valeur, en B to B ou en B to C. Les nouveaux processus de fabrication, s’inscrivant dans une démarche de réduction - qu’elle soit de l’empreinte carbone, de la consommation d’eau et d’énergie ou bien encore des ressources naturelles - sont une composante importante de cet enjeu de fabrication responsable. La performance environnementale des produits en phase d’utilisation est aussi un axe de différenciation à valoriser, voire une opportunité de nouveaux modèles économiques.

Certains groupes miniers vont même jusqu’à créer des partenariats avec des institutions de recherche comme le Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation (CSIRO) dans le but de trouver des leviers pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Améliorer l’efficacité énergétique est une constante majeure dans le secteur de la métallurgie, tout comme dans celui des produits manufacturiers. La réduction de l’émission des gaz issus des procédés de fabrication fait également partie intégrante des enjeux de ces secteurs (taxe intérieure sur la consommation de gaz naturel - TICGN).

3. Améliorer la gestion de la « supply chain » et recycler

Les entreprises mettent en place des politiques d’approvisionnement mondiales en privilégiant les achats responsables auprès de fournisseurs labélisés, la traçabilité des produits ainsi que l’origine des matières premières utilisées. Les sociétés cherchent à établir des partenariats durables avec des fournisseurs responsables, surtout s’ils opèrent dans des pays hors OCDE. L’optimisation des outils de production, en vue d’obtenir une meilleure efficience devient, au-delà des simples besoins de commandes, une nécessité économique et environnementale.

On retrouve aussi des enjeux majeurs en bout de chaîne : la logistique et la distribution des produits se doivent d’être aujourd’hui en adéquation avec la politique verte de l’entreprise et les contraintes environnementales. Le recours aux analyses de cycle de vie des produits montre en effet la part des transports dans l’empreinte environnementale des produits. Les producteurs d’acier et d’aluminium utilisent activement cette analyse du cycle de vie des produits, permettant d’améliorer le profil d’utilisation de certains matériaux plus légers dans les secteurs de l’automobile ou du bâtiment.

Le cycle de vie complet des produits peut être optimisé en réduisant leur obsolescence et leurs impacts en fin de vie. Une approche d’éco-conception intégrée permet d’analyser les bénéfices combinés sur les consommations de ressources en amont et les traitements de déchets en fin de vie réduits. La récupération et le recyclage constituent également un enjeu important pour chacun des domaines précédents. Les métaux disposent d’un avantage considérable par rapport aux autres substances, à savoir qu’ils sont « recyclables à l’infini » ou presque.

Les déchets de production et les produits arrivés en fin de vie permettent, s’ils sont remis à disposition de l’industrie, de réguler et d’alléger ainsi le recours aux ressources primaires dans une démarche de Développement Durable. On rentre alors dans une véritable « économie circulaire ». Dans le secteur des métaux non ferreux notamment, l’activité de recyclage est d’une grande importance pour l’économie, car elle contribue à assurer la sécurité d’approvisionnement en matières premières. De plus, elle a un impact positif sur la consommation d’énergie et la protection de l’environnement. C’est dans le secteur des plastiques que l’essentiel des progrès reste à faire et que des solutions techniques optimisées financièrement demeurent à développer (voir par exemple les projets TRIPLE et VALEEE deux projets sur le recyclage et la valorisation des plastiques issus des Déchets des Equipements Electriques et Electroniques (DEEE), au sein du pôle de compétitivité Axelera).

A lire aussi dans « A. Secteur Produits Industriels (Industrie manufacturière et métallurgie) »