C. Secteur Immobilier

Exemples de meilleures pratiques [634]

Question

Quels sont les exemples de meilleures pratiques dans le secteur immobilier ?

Réponse

Parmi les meilleures pratiques, on peut notamment citer les deux exemples suivants :

Exemple 1 (Pierre & Vacances, premier bilan pour le bail « vert » - ICADE)

Entre Icade et le Groupe Pierre & Vacances, c’est une relation de confiance qui dure depuis plus de 10 ans. L’entreprise a, en effet, choisi de s’installer dans des locaux nouvellement construits par Icade, en 2000, sur le Pont de Flandre. La loi Grenelle II imposant, pour toute surface supérieure à 2 000 m2, la signature d’un « bail vert » à compter du 1er janvier 2012, les deux entreprises, désireuses de progresser en matière de performances environnementales, ont choisi d’anticiper l’échéance. Une annexe environnementale a donc été conclue dès 2009. Celle-ci engageait les deux entreprises à réaliser un audit des consommations en énergie et en eau, ainsi qu’à estimer la production des déchets du bâtiment. Elle impliquait également de réaliser une cartographie des équipements techniques du bâtiment. Elle imposait, enfin, de réaliser des plans d’actions pour réduire les consommations d’eau et d’énergies, et réduire la production de déchets. Trois ans après, et sans avoir réalisé de travaux, les performances obtenues sont remarquables ! Les consommations d’énergies et d’eau ont été réduites de 20 et 24 %, la production de déchets, de 20 %. Le tout grâce à des actions simples, comme l’arrêt de l’éclairage de nuit.

Exemple 2 (Klepierre – Certificats d’Economie d’Energie)

Véritable démarche de valorisation des efforts entrepris pour abaisser la facture énergétique, les certificats d’économie d’énergie (CEE) matérialisent l’engagement du Groupe. Le dispositif consiste à certifier les travaux d’amélioration énergétique réalisés tout en leur conférant une valeur économique, les CEE pouvant être revendus aux gros consommateurs d’énergie. La mesure a vite séduit les centres commerciaux : 11 CEE ont été obtenu en 2012 pour un gain de 24 000 euros et une économie de plus de 12 millions de kWh cumac.

Exemple 3 (Gecina – Le reporting au service de la performance d’entreprise)

Gecina a choisi de construire son reporting de façon intégrée, c’est-a-dire qu’elle l’utilise comme un outil d’aide a la décision et au pilotage de la performance opérationnelle, au service de la création de valeur. L’approche du reporting intégré distingue deux types d’informations extra-financières. Le premier type d’informations est du domaine de la transparence, et rend compte objectivement des externalités positives et négatives du fait de l’activité de Gecina. Le second type d’informations aide à piloter la démarche, en matérialisant des couts réels ou potentiels et en analysant la conformité de Gecina aux normes sectorielles. Gecina a mis en place une vingtaine de KPIs (indicateurs clés de performance), définis et suivis au minimum annuellement par le Comite de pilotage dédie à la responsabilité sociétale de l’entreprise, mis en place en 2012.

Exemple 4 (Altaréa Cogedim – Connectivité transports en commun)

Altarea Cogedim a renforcé son reporting sur la connectivité des centres commerciaux de son patrimoine et les modes de venue de ses clients. Celui-ci a permis de calculer trois indicateurs représentant la connectivité du patrimoine du Groupe :

  • la disponibilité des transports en commun -> nombre de lignes à moins de 500 mètres disponibles par site en moyenne ;
  • l’éloignement des transports en commun -> pourcentage de sites ayant au moins une ligne à moins de 500 mètres ;
  • la fréquence des transports en commun -> pourcentage de sites ayant au moins une ligne à moins de 500 mètres avec une fréquence inférieure à 20 minutes.

Par ailleurs, le Groupe évalue le mode de venue des visiteurs sur ses centres, via des enquêtes in situ pour les principaux sites du patrimoine. L’indicateur de suivi des émissions associées à ces déplacements, exprimé en gCO2e/visiteur.km, a baissé de 7,4 % entre 2011 et 2012. Avec cette connaissance précise de la connectivité et des déplacements des visiteurs de son patrimoine, Altarea Cogedim souhaite assurer un accès plus aisé à ses sites commerciaux, tout en limitant l’impact environnemental, notamment carbone, de ces déplacements.

A lire aussi dans « C. Secteur Immobilier »