A. Président du conseil d'administration

Difficultés à surmonter [417]

Question

Quelles seront les principales difficultés rencontrées et comment les surmonter ?

Réponse
En matière de Développement Durable, les difficultés le plus fréquemment rencontrées par le Conseil d’administration et plus particulièrement son Président nous paraissent être les suivantes :

1. Scepticisme de certains administrateurs

Chaque administrateur pris individuellement n’a pas le même niveau de culture, de conviction et de sensibilisation envers les différents aspects du Développement Durable et de RSE. Si la plupart sont au fait des évolutions de la réglementation française en matière de gouvernance, un certain nombre risquent d’être plus sceptiques sur les questions environnementales, par exemple en matière de biodiversité ou de changement climatique . Il peut également exister des freins culturels (notamment dans les grands groupes internationaux présents dans différents pays) conduisant à l’incompréhension de certaines thématiques liées à la Responsabilité sociétale de l’entreprise (RSE) lors de leur déclinaison dans les différents métiers du groupe.

2. Composition des Conseils d’administration en France

Il est parfois fait reproche « d’endogamie » dans la composition des Conseils d’administration en France (en pratique la présence « croisée » dans différents Conseils de Présidents, d’administrateurs, notamment d’administrateurs assurant la présidence d’un Comité spécialisé). Sans se prononcer sur la réalité et l’importance de ce phénomène, il est évident qu’il peut être de nature à compromettre la qualité et l’efficience de la gouvernance de l’entreprise, y compris en matière de Développement Durable.

3. Structure de l’actionnariat

Les attentes des différentes catégories d’actionnaires (par exemple en matière de résultats à court terme ou au contraire de création de valeur à plus long terme) peuvent ne pas coïncider avec les options stratégiques de l’entreprise en matière de Développement Durable. Il est important que ces options stratégiques (par exemple la définition d’un « business model » intégrant ces nouveaux enjeux) validées par le Conseil et mises en œuvre par la Direction générale aient reçu l’approbation des actionnaires.

4. Mise en avant de la vision « risques » liés au Développement Durable

Le Conseil d’administration aura souvent tendance à axer ses réflexions (à se « focaliser ») sur les aspects risques. Ce faisant, la réflexion sur les opportunités stratégiques et de création de valeur liées au Développement Durable peut être négligée.

5. Difficulté à quantifier les résultats de la stratégie Développement Durable de l’entreprise

Il existe une réelle difficulté à définir des indicateurs de performance objectifs en matière de Développement Durable (sur cette problématique, ( voir n°574 point 4). Sans indicateurs pertinents, il est délicat d’apprécier les résultats de la mise en œuvre de la stratégie Développement Durable par la Direction générale et le management. Il est donc important de se donner une ligne de conduite et des objectifs à atteindre par étapes successives, sur le moyen et long terme et de mettre en place des tableaux de bord (indicateurs quantitatifs et qualitatifs) qui permettent au Conseil d’administration d’avoir une vision d’ensemble des progrès réalisés dans chacune des dimensions du Développement Durable.