B. Directeur Général

Difficultés à surmonter [427]

Question

Quelles seront les principales difficultés rencontrées et comment les surmonter ?

Réponse
Pour la Direction Générale, les difficultés dépendront en grande partie du point de départ, à savoir le degré de sensibilisation et de prise en compte déjà existant des aspects de Développement Durable dans l’entreprise. Ce degré de maturité sera le plus souvent influencé par le secteur d’activité de l’entreprise . Les principaux obstacles seront le plus souvent les suivants :

1. Convaincre et mobiliser ses équipes

Le Directeur Général va devoir convaincre de la pertinence de la démarche du projet de Développement Durable de l’entreprise et mobiliser son Comité exécutif : il s’agit que le « tone at the top » entre dans les faits et emporte la conviction du « management » de l’entreprise pour relayer le déploiement de la politique dans les différentes fonctions de l’entreprise. Cela est particulièrement convaincant lorsque les démarches du projet Développement Durable de l’entreprise sont étroitement liées aux axes de développement stratégiques de chaque équipe.

2. Trouver l’équilibre entre les trois piliers « social-sociétal/environnemental/économique »

La difficulté pour la Direction Générale sera de se positionner dans ces trois piliers et de déterminer comment doit « évoluer le curseur » à l’intérieur. L’intégration de la dimension économique du Développement Durable dans la stratégie de l’entreprise devra prendre en compte les rapports coûts/avantages lors de l’élaboration d’un Business plan Développement Durable. En effet, la recherche d’un optimum rassemblant les facteurs économiques, environnementaux, sociaux et sociétaux, entre autres, est une clé d’analyse essentielle, qui doit toujours être remise en perspective par rapport aux attentes des clients. En réalisant cette démarche, il convient de dissocier les appréciations financières de court-terme des visions de moyen- et long-terme. En effet, afin de pérenniser les cash flows futurs, le raccourci de la vision court-terme doit être évité. Au départ, l’absence d’historique peut rendre délicate l’appréciation du  « retour sur investissement » des actions de Développement Durable, mais cela peut être rendu possible par le biais de comparaisons et extrapolations sectorielles.

3. Etre en phase avec le Conseil d’administration, la gouvernance et l’actionnaire

Nous avons vu (n°420 point 1.) que la stratégie de l’entreprise sur les différents aspects du Développement Durable (environnemental, social, sociétal et éthique) est dans certains cas inspirée par le Conseil d’administration et, dans d’autres cas, initiée par la Direction Générale, puis validée (et le cas échéant, amendée) par le Conseil d’administration. Dans tous les cas, il est important d’interagir avec le Conseil d’administration et de s’assurer que la politique définie par le management a bien reçu l’adhésion de ce dernier, comme celles de l’actionnaire (des actionnaires) et des organes de gouvernance en général.