I. Directeur Financier

Difficultés à surmonter [497]

Question

Quelles seront les principales difficultés rencontrées et comment les surmonter ?

Réponse

Les difficultés le plus fréquemment rencontrées par la Direction Financière dans sa démarche de prise en compte du Développement Durable sont à notre avis les suivantes :

1. Légitimité de la Direction financière pour traiter des questions de Développement Durable

La légitimité du Directeur Financier comme personne fédératrice pour traiter de ces sujets n’est pas toujours forcément reconnue en interne. En particulier, il peut exister certaines contradictions entre les préoccupations du Directeur financier et celles du Directeur du Développement Durable. Ainsi par exemple :

a. ils ne partagent pas forcément le même horizon de temps...

«L’un se voit forcé de réclamer des retours sur investissements (ROI) inférieurs à un an, l’autre sait que la création de valeur se matérialisera sur plusieurs années » (Regards croisés « DAF et Directeurs du Développement Durable », Isabelle Carcassonne, Echanges, octobre 2010) ;

b. ... ni le même type d’informations

En matière d’investissements, le Directeur financier doit désormais intégrer dans ses procédures d’évaluation de la rentabilité des projets, les contraintes du Développement Durable. Or ces contraintes se traduisent bien souvent en termes qualitatifs (pour tenir compte par exemple des externalités liées au projet. ). Dans le même sens, le Directeur du Développement Durable raisonne en général globalement à partir d’un « tableau de bord prospectif » (« balanced scorecard », voir n°574) qui regroupe des données à la fois quantitatives et qualitatives (ces dernières relatives aux aspects environnemental, social/sociétal, d’éthique et de gouvernance de la RSE).
Enfin, le Directeur Financier, généralement membre du Comité de direction, dispose de l’autorité et des compétences nécessaires pour conduire certains projets socialement responsables de l’entreprise. En effet, le caractère stratégique de ces projets, la nécessité de les déployer en harmonie avec les autres projets de l’entreprise, les contraintes inhérentes aux publications financières dont il a la charge et enfin les interactions avec les fonctions de contrôle de l’entreprise (audit, contrôle de gestion, direction des risques et assurances notamment) peuvent le désigner comme la personne la plus à même d’en assurer la supervision.

2. Rester en éveil face aux évolutions à venir

Le Développement Durable est un domaine très vaste et évolutif qui requiert une vigilance permanente : pour le Directeur Financier, il ne suffit donc pas « d’ouvrir le dossier Développement Durable, puis de le refermer ». Au-delà des évolutions réglementaires (qu’il doit bien sûr prendre en compte), de nombreux thèmes sont en cours de réflexion qui peuvent intéresser directement la Direction financière. Ne serait-ce qu’en matière d’information comptable et financière, nous en avons retenu deux à titre d’exemple :

a. Actifs immatériels et Développement Durable

La mise en œuvre d’une politique RSE est source de création de valeur pour l’entreprise ( voir n°420) car elle procure des avantages concurrentiels fondés par exemple sur la confiance des clients, la coopération avec les fournisseurs et les sous-traitants, l’engagement des salariés, etc. Le Directeur Financier doit réfléchir à l’identification et la valorisation éventuelle d’un certain nombre d’actifs immatériels qui pourraient leur être associés (actifs humains, actifs clients, marques, savoir-faire technologique, etc.), même si pour l’heure, le cadre comptable des IFRS ne permet pas de les enregistrer en tant que tels.

b. Obligations réglementaires en matière de reporting et de vérification

Le directeur financier se doit de veiller aux évolutions des obligations réglementaires en matière de reporting des données extra-financières dans les pays où son entreprise est implantée, à l’instar du Grenelle II en France ou encore du reporting RSE obligatoire pour certaines entreprises depuis 2009 au Danemark.