Q. Directeur du Développement Durable

Les tâches habituelles de la fonction Développement Durable [572]

Question

Depuis quand la fonction Développement Durable s’est-elle imposée dans l’entreprise ?

Réponse

Les tâches et responsabilités de la fonction Développement Durable dépendent étroitement de l’importance accordée au sujet par la Direction ainsi que de l’organisation de l’entreprise. La fonction Développement Durable a donc avant tout un rôle de coordination, de facilitateur et d’apporteur d’idées et se doit d’accompagner les autres directions de l’entreprise dans l’intégration du Développement Durable dans leur propre périmètre de responsabilité (voir n°573).
De manière générale, les tâches fondamentales d’un Directeur du Développement Durable sont les suivantes :

1. Définir la politique de Développement Durable de l’entreprise

Sous l’autorité de la Direction Générale, qui doit définir ses priorités (voir n°420), la Direction Développement Durable identifie les principaux enjeux (environnementaux, éthiques, sociaux et gouvernance) et définit la stratégie à mener en termes d'objectifs, d'actions, d'outils de pilotage, de ressources et d'indicateurs nécessaires.

Ce travail d’identification et de hiérarchisation des enjeux et des actions doit se faire en étroite collaboration avec les autres directions fonctionnelles et opérationnelles de l’entreprise, car il est essentiel de ne pas dissocier l’orientation que l’entreprise souhaite prendre en matière de Développement Durable de sa stratégie globale. Ce sont ces directions qui porteront les chantiers retenus et avec qui il convient donc de déterminer les objectifs et les plans d’action : Direction des Ressources Humaines (voir n°540), Direction de la Stratégie et du Marketing (voir n°430), Direction des Achats ou « supply chain » (voir n°480), Direction de la Recherche et du Développement (voir n°460), etc. Il est également important d’identifier, de diffuser et de valoriser les bonnes pratiques existant dans l’entreprise.

Le responsable Développement Durable a pour responsabilité d’adapter et de faire évoluer cette stratégie en fonction des contraintes règlementaires et normatives nationales et internationales (loi « Grenelle 2 », ISO 26 000). Il coordonne les différentes initiatives et actions et définit les modalités de mise en œuvre concrètes (procédures, budgets, délais, intérêt des actions).

Etre responsable du Développement Durable aujourd’hui nécessite de s’intéresser à des domaines aussi variés que la réglementation environnementale, les ressources humaines, l’éthique, la communication, les achats, la conception des produits, etc.

2. Construire et animer le dialogue avec les parties prenantes

Les attentes émanant des parties prenantes internes (salariés notamment) et externes (agences de notation, clients, ONG, fournisseurs, pouvoirs publics, etc.) sont le plus souvent nombreuses, parfois contradictoires. Il est primordial pour une entreprise de ne pas les subir et de ne pas les ignorer.

La Direction du Développement Durable a un rôle essentiel à tenir dans le dialogue à nouer entre l’entreprise et son environnement extérieur. Elle se doit de promouvoir ce dialogue et même de l’organiser, y compris en s’appuyant sur d’autres Directions pour toucher l’ensemble des parties prenantes. Il est également important d’analyser les grandes tendances et les signaux faibles provenant des parties prenantes. Convaincre certaines d’entre elles de porter un nouveau regard sur l’entreprise constitue un autre défi pour le Directeur Développement Durable qui doit montrer de grandes qualités d’écoute et de persuasion.

3. Rendre compte de la démarche engagée par l’entreprise en matière de Développement Durable

Il convient à nouveau de souligner le rôle primordial du Directeur Développement Durable dans la communication de l’entreprise. La Direction du Développement Durable doit assurer la visibilité des actions menées dans l’entreprise sur ces enjeux. Ceci implique de créer des indicateurs de performance et de pilotage, de définir et mettre en place des moyens et une organisation en charge de ce « reporting », de collecter et consolider les informations, puis de rendre compte.

Pour plus de détails sur les indicateurs de Développement Durable, voir n°574.

L’activité de reporting RSE constitue une responsabilité importante du Directeur Développement Durable, depuis l’entrée en vigueur de la loi dite « Loi NRE », puis de  la nouvelle réglementation dite « Grenelle 2 ». L’entreprise en rend compte dans sa communication institutionnelle (Rapport Développement Durable, Rapport de Gestion). Elle n’est cependant pas la seule forme de communication et nombre d’autres initiatives tournées vers un public ciblé (salariés, clients, etc.) sont à explorer en collaboration avec les autres Directions telle que la Direction de la Communication (voir n°440), la Direction des Ressources Humaines (voir n°540) et la Direction de la Stratégie et du Marketing (voir n°430).