Q. Directeur du Développement Durable

Elaborer avec les autres fonctions le business case du développement durable [573]

Le Développement Durable concerne à des degrés divers l’ensemble des activités et des fonctions d’une entreprise. Il revient au Directeur du Développement Durable la tâche de faire le lien entre les différentes fonctions de l’entreprise et de les convaincre de s’engager sur les problématiques Développement Durable.

Elargir son périmètre d’action et se rapprocher des autres fonctions de l’entreprise

L’élargissement du périmètre d’action du Développement Durable en entreprise est une tendance de fond : les synergies du Directeur du Développement Durable avec les autres fonctions de l’entreprise (achats, finance, audit interne, ressources humaines, marketing) se renforcent au fur et à mesure que de nouvelles thématiques montent en puissance (gouvernance, achats responsables, égalité et diversité). Le rôle du Directeur du Développement Durable est alors essentiel, car il doit aider chacune des fonctions à s’approprier les enjeux spécifiques puis à formuler un engagement réaliste et pertinent en proposant des outils d’accompagnement (benchmark, mesure de retour des actions).

Démontrer aux autres fonctions et aux organes de décision le « Business Case » et la création de valeur

Bien que le Développement Durable soit de plus en plus considéré comme un levier de croissance, de compétitivité ou d’innovation, le fait d’opposer performance économique et prise en compte des dimensions environnementales et sociales subsiste.
En apporter la démonstration contraire reste un exercice difficile et démontrer la valeur créée ou le retour sur investissement de certaines composantes de la politique de Développement Durable peut se révéler ardu, car difficile à mesurer.

Pour asseoir et démontrer la légitimité de la stratégie qu’il propose, le Directeur Développement Durable doit montrer aux autres fonctions en quoi elle contribue à créer de la valeur pour l’entreprise. Il peut par exemple s’agir de réduire les coûts grâce à une démarche d’achats responsables, de générer des revenus supplémentaires (création d’un avantage concurrentiel grâce à l’éco-conception, conquête de nouveaux marchés), de réduire des risques ou encore de contribuer à attirer et garder des collaborateurs de haut niveau.

En prouvant auprès des parties prenantes de l’entreprise et des organes de décision le retour sur investissement de ces actions, le Directeur Développement Durable gagnera sa « license to operate », soit l’acceptabilité interne de ses actions.

Exemple (Mesurer la création de valeur liée à une initiative Développement Durable – Auchan).

Depuis 2010, Auchan développe l’information autour du « discount responsable » pour mieux faire connaitre les produits écologiques, équitables ou bio à bas prix du groupe (campagne de communication, site internet dédié).La direction Développement Durable a été capable de mesurer sur la période de la campagne de communication le retour sur investissement de l’initiative via les indicateurs suivants :

  • +16% de progression des ventes sur les produits bio ;
  • +3 points de progression sur la vente de fruits et légumes de saison ;
  • +3.7% de progression sur l’image prix de l’enseigne ;
  • 300 000 pages vues (site internet dédié), fournissant la notoriété et l’attractivité de l’enseigne