P. Directeur des Systèmes d'Information

Pourquoi se préoccuper de Développement Durable ? [560]

Question

Pourquoi le Directeur des Systèmes d’Information doit-il se préoccuper de Développement Durable ?

Réponse

Selon le Club Informatique des Grandes Entreprises Françaises (CIGREF), le Directeur des Systèmes d’Information (DSI) « ne peut pas ignorer les préoccupations environnementales (la fin du pétrole, l’effondrement de la biodiversité, le changement climatique, etc.), économiques (la crise financière mondiale, la hausse du coût de l’énergie), sociales et sociétales (conditions de travail, travail des enfants, etc.) dont les impacts se mesurent autant à court terme, qu’à moyen et long terme, et portent sur tous les acteurs, qu’ils soient entreprises, pouvoirs publics, associations/ONG, individus citoyens ou nations (Etude du CIGREF, « Systèmes d’Information éco-responsable : L’usage des TIC au service de l’entreprise durable », octobre 2009, p. 2) ». Le Directeur des systèmes d’information a en effet des raisons bien spécifiques de s’intéresser au Développement Durable, qui sont les suivantes :

TIC

Technologies de l’Information et de la Communication

1. Impacts environnementaux et coûts de l’IT

Selon Orange, les dépenses liées à la consommation d’énergie pour l’IT peuvent atteindre             jusqu’à 50% des dépenses totales d’énergie dans les secteurs les plus consommateurs d’IT comme les banques et assurances. Parallèlement, la consommation d’électricité représente environ 60 % des coûts (hors masse salariale et logiciels) d’un centre de données (Data Center). L’ensemble des centres de données français consomme annuellement environ 10 % de l’électricité française, tandis que le secteur consomme près de 2% de l’électricité mondiale (sources Greenpeace). Cette consommation augmente à un rythme soutenu de 10 % par an. Cette consommation est source d’émissions de gaz à effet de serre.
Ces éléments de coûts sont d’autant plus importants que la tendance est à l’augmentation des prix de l’énergie. Les entreprises ont identifié cet enjeu et elles étaient 70% parmi les entreprises de plus de 500 salariés à vouloir réduire les coûts d’exploitation de leur parc informatique en 2013 (dont les dépenses énergétiques font partie) (Etude Dépenses IT 2013 – NetMediaEurope).

2. Des solutions IT à des enjeux Développement Durable

Les TIC présentent de nombreuses solutions permettant aux entreprises de réduire leurs impacts.
La dématérialisation des échanges par exemple est une occasion de réduire les coûts de déplacement des collaborateurs d’une entreprise tout en diminuant les consommations d’énergie et émissions de CO2.
Des solutions de Cloud Computing, de téléconférence, etc. permettent également de mettre en place des organisations favorisant le télétravail, réduisant les déplacements des collaborateurs et contribuant à améliorer les conditions de travail.
Le DSI doit donc être à même d’identifier les innovations et systèmes existants, ainsi que les besoins dans son entreprise afin de proposer les meilleures solutions.

Technologies FTTH / FTTU

FTTH signifie Fibre (optique) jusqu’à l’abonné (en anglais « Fiber To The Home ») ; FTTU signifie Fibre (optique) jusqu’à l’utilisateur (en anglais « Fiber To The User »). Mises au service d’applications médicales, par exemple, elles permettent de donner accès aux soins à des personnes vivant dans des zones géographiques moins bien couvertes par des spécialités médicales pointues, notamment, en évitant des transports. Le bilan de l’analyse de cycle de vie d’applications FTTH a été réalisé par PwC et est positif, vis-à-vis d’un service identique classique impliquant des déplacements.

3. Risques sur la chaîne de valeur

Certaines fonctions IT sont de plus en plus externalisées (support utilisateur, maintenance, etc.) Une étude de Hackett Group auprès de grandes entreprises américaines et européennes estime à 2,3 millions les emplois délocalisés à travers l’offshoring avec en premier lieu, les emplois IT.
Les entreprises doivent cependant être prudentes dans leur stratégie d’offshoring et se renseigner sur les pratiques environnementales et sociales de leurs prestataires afin de s’assurer de leur respect des standards internationaux (OIT, Droits de l’Homme) et éviter les accusations de dumping social et environnemental.
La qualité de service ainsi que la conduite du changement sont également des paramètres importants dans la décision d’offshoring de fonctions IT.
La DSI doit également faire preuve de vigilance dans ses achats de matériels IT au respect des standards environnementaux et sociaux internationaux.

Remarques :

1. Informatique verte en anglais « Green IT » ou « Green computing »

L’informatique verte est un concept qui consiste à tenir compte des contraintes et impacts environnementaux des matériels informatiques. Les objectifs de l’informatique verte sont de mesurer et d’améliorer la performance énergétique des outils de production informatique. Disposer d’informations quantifiées permet alors de prendre des décisions à la fois économiques et écologiques lorsqu’il s’agit d’opter pour tel ou tel équipement ou de mesurer l’impact financier d’un plan d’évolution. En France, cette notion est définie sous l’appellation Eco-TIC (voir ci-après).

2. Eco-TIC, IT for Green

Selon le Journal Officiel de la République française, l’éco-TIC regroupe « les Techniques de l’Information et de la Communication (TIC) dont la conception ou l’emploi permettent de réduire les effets négatifs des activités humaines sur l’environnement ». Plus connue, l’expression « IT for Green » recouvre la même notion.

3. Informatique durable (Sustainable IT)

L’informatique durable englobe non seulement les aspects environnementaux de l’informatique verte (voir ci-avant) mais aussi tous les aspects sociaux et éthiques (RSE) liés aux Techniques de l’Information et de la Communication (TIC). Le Club Informatique des Grandes Entreprises Françaises (CIGREF) a pour sa part retenu le terme de SI (Système d’Information) éco-responsable englobant les notions de « Green IT », Eco-TIC, « Sustainable IT », Technologies vertes, Informatique verte/responsable, « Fair IT », « Green ICT », etc. Bien souvent, toutefois, il semble que les termes « Informatique verte » (Green IT) soient employés pour couvrir également les aspects RSE du Développement Durable.