H. Directeur de la Chaîne d'approvisionnement (y compris achats et logistique)

Par où commencer ? [485]

Question

Quelles sont les trois choses pratiques à faire pour commencer ?

Réponse
Afin de s’assurer qu’il a bien intégré l’ensemble des aspects Développement Durable dans son approche, le Directeur de la « supply chain » peut utilement procéder aux actions suivantes :

1. Procéder à un état des lieux des familles d’achats

L’objectif est d’établir une analyse et cartographie des risques et des enjeux par famille d’achats, notamment en se focalisant sur certains risques d’ores et déjà identifiés comme majeurs.
Selon le guide Afnor FD X50-1351, « cette analyse peut jouer sur l’organisation initiale du portefeuille et donner lieu à une nouvelle segmentation. Elle peut également conduire à identifier de nouveaux leviers de création de valeur dans l’acte d’achat et à modifier les mécanismes de fixation des prix sur les marchés fournisseurs ».

Il convient également, au-delà de la notion de risque, d’intégrer la notion d’opportunité en identifiant les familles d’achats pour lesquelles l’intégration de critères sociaux ou environnementaux peut se conjuguer à une réduction des coûts ou à un soutien à la politique de développement commercial. La réalisation de quelques  actions  isolées sur un ou deux produits emblématiques peut permettre d’obtenir rapidement des résultats sur lesquels communiquer pour créer un effet d’entraînement sur la démarche.

2. Sensibiliser et former les acheteurs, responsables des transports et logisticiens à la démarche Développement Durable

S’agissant d’un changement culturel, la formation devra porter sur la notion même de Développement Durable (c’est quoi le Développement Durable ?), les enjeux (aussi bien en matière d’achats que de transports et de logistique) et enfin sur les risques, notamment celui d’image(voir n°480). L’objectif est d’assurer le niveau de compétence et d’acculturation des équipes en la matière.

3. Réfléchir à un changement d’organisation

Ce changement d’organisation peut s’effectuer en nommant une personne dédiée (qui se verrait attribuer ces responsabilités dans sa fiche de poste, sans que cette fonction corresponde forcément à un travail à plein temps). Si la taille de l’entreprise le permet, la mise en place d’une direction déléguée Achats durables peut être envisagée. Selon l’étude HEC/ECOVADIS de 2011, 45% des entreprises sondées ont une équipe Achats Durables dédiée et 41% des entreprises ont identifié une personne référant dans l’entreprise sur ces sujets, prouvant le niveau de maturité que prennent les achats durables dans l’organisation des équipes achats. On veillera cependant à faire entrer ces pratiques dans le noyau des compétences de base des acheteurs, afin que cela ne demeure pas l’affaire de seuls spécialistes.

Il est également essentiel d’un point de vue organisationnel d’intégrer les Achats Durables à l’ordre du jour du Comité Achats de l’entreprise, afin que ces sujets soient abordés de manière exhaustive par les responsables achats de l’entreprise.


1 Actualisé et remplacé par le Guide Afnor NF X50-135-1, 2012.