L. Directeur de l'Immobilier

Par où commencer ? [526]

Question

Quelles sont les trois choses pratiques à faire pour commencer ?

Réponse

Quelle que soit la stratégie définie ( voir n°520), le Directeur de l’Immobilier doit commencer à établir un état des lieux, puis définir des priorités et enfin réfléchir aux actions de communication interne qu’il doit mettre en place.

1. Procéder à un diagnostic développement durable

Afin de savoir si l’entreprise est (sera) en conformité avec la réglementation présente (à venir), il est nécessaire d’effectuer un diagnostic de son parc immobilier. Ce diagnostic se présente sous la forme d’une collecte des données documentaires environnementales et d’un examen approfondi de l’existant. En particulier, un recensement des contraintes - par activité et par localisation - doit être fait. La confrontation de ces données avec un certain nombre de critères environnementaux permet de procéder à une première évaluation du potentiel d’amélioration à générer.

Exemple (Diagnostic environnemental des bâtiments - Société Générale)

Pour le diagnostic environnemental de ses bâtiments, la Société Générale indique retenir les thèmes d’évaluation suivants (source : Référentiel Bâtiment Responsable Société Générale) :

  • économies d’énergie,
  • gaz à effet de serre (GES),
  • gestion de l’eau,
  • traitement des déchets,
  • choix des matériaux,
  • confort hygrométrique,
  • confort acoustique,
  • confort visuel,
  • ventilation et qualité de l’air,
  • maintenance/exploitation.

Une grille de notation appliquée à ces critères permet de qualifier la maturité du bâtiment et de le positionner dans les priorités d’amélioration à court ou moyen terme.

2. Identifier des leviers d’actions possibles en fonction de l’industrie

Après avoir procédé à cet état des lieux et avant toute décision d’action, l’entreprise doit :

  1. Dresser un plan de mise aux normes
    Ce plan permet notamment d’estimer l’impact financier correspondant à une simple mise aux normes des différents sites ou bâtiments ;
  2. Développer un outil interne pour chaque acte de gestion
    Cet outil peut prendre la forme de fiches d’analyse spécifique à chaque acte de gestion : faire construire, rénover, louer, occuper, déménager, vendre, etc., intégrant les préoccupations Développement Durable correspondantes.
  3. S’adapter aux limites du modèle

Il faut accepter qu’en fonction des enjeux et des problématiques business de l’entreprise, il n’est pas toujours possible de collecter une information exhaustive et la collecte doit donc s’adapter à des enjeux clés ; des objectifs à court, moyen et long terme doivent être définis.

Suite de l’exemple précédent (Référentiel interne à destination des acteurs immobiliers du groupe - Société Générale)

Afin d’élever les performances énergétiques et environnementales de son parc immobilier, la Société Générale a conçu un référentiel pour fournir aux acteurs immobiliers du groupe les clefs d’une démarche de construction et de rénovation durable, adaptée à toutes les étapes de la vie de leurs bâtiments et de leur parc immobilier. Le référentiel est traduit dans un outil de diagnostic utilisable :

  • lors de la conception (d’un bâtiment), afin d’intégrer en amont du projet, l’impact du fonctionnement de ce bâtiment sur l’environnement et anticiper les questions de santé et de confort des occupants ;
  • lors de sa construction (ou de sa rénovation) pour contrôler et limiter les impacts du chantier sur l’environnement ;
  • enfin, lors de son exploitation pour s’assurer du respect des performances de l’ouvrage : tenue dans le temps, niveau de confort apporté aux occupants et aux clients.