J. Directeur de l'Audit interne

Par où commencer ? [506]

Question

Quelles devraient être les premières actions visibles ?

Réponse

A notre sens, trois actions peuvent donner rapidement de la visibilité à la fonction d’audit interne sur ce sujet. :

1. Identifier les acteurs intervenant déjà sur le Développement Durable

Avant d’initier tout travail que ce soit, la fonction Audit interne a tout intérêt à bien identifier les acteurs qui peuvent déjà intervenir sur ce thème, et répondre aux objectifs du plan stratégique , (voir n°505), en utilisant des outils tels que la cartographie des risques et activités d’assurance.

Pour plus de détails sur la notion de cartographie des risques et activités d'assurance, voir n°512.

Ce n’est qu’en fonction de l’information recueillie et des attentes des organes de gouvernance que la mission précise de l’audit interne en matière de Développement Durable pourra alors être correctement définie.

2. Intégrer un premier point de Développement Durable dans son programme d’audit interne annuel et le faire valider par sa hiérarchie

Le Directeur de l’audit interne établira son programme de l’année en faisant figurer un point spécifique relatif au Développement Durable (c’est en quelque sorte un acte de discrimination positive vis-à-vis d’un domaine encore peu exploré par la profession).

Si l’on devait commencer par le début, il semblerait cohérent de vérifier tout d’abord si l’entreprise agit en conformité avec la politique affichée en matière de Développement Durable. En conséquence, le plus simple semble donc, pour commencer, de prendre les déclarations de l’entreprise, les politiques proclamées, etc. et de mesurer si la réalité est en conformité avec ces déclarations.

3. Appliquer l’approche Développement Durable à la gestion de son propre service

La vertu de l’exemple étant un facteur important dans la démarche Développement Durable, le directeur de l’auditeur interne doit s’appliquer à lui-même la démarche qu’il se propose de contrôler dans les autres secteurs et/ou fonctions de l’entreprise. Ainsi, par exemple, il pourra se préoccuper de limiter l’impact environnemental de son activité, notamment :

  • en matière de transports, en favorisant le recours partiel à des équipes locales éventuellement externes plutôt qu’en déplaçant systématiquement des équipes du siège, ou en s’appuyant sur des techniques d’audit en continu qui permettent notamment d’utiliser des systèmes d’information à distance,
  • en matière de consommables, en recourant à des outils de stockage électronique des justificatifs et preuves d’audit et en améliorant le processus de production des rapports d’audit interne.
A voir également sur ce point de l'écologie au bureau voir n°487.